Le jour du déménagement

move-1015582_960_720

Le 1er juillet, la majorité des baux au Québec finissent, ce qui incite les gens à déménager pour trouver un meilleur logement. Par conséquent, des milliers et des milliers de Québécois déménagent tous dans la même journée. Cela a presque créé un évènement culturel, surtout dans les grandes villes du Québec.

Si vous déménagez le premier juillet, il faut réserver un camion de déménagement bien en avance. Pour les compagnies de déménagement, presque tout leur travail de l’année est concentré autour du premier juillet.

Une autre conséquence, des milliers de meubles et de trucs de maison sont laissés sur les trottoirs. Ce sont des choses que les locataires ne voulaient plus ou bien des affaires qu’ils ne pouvaient pas déménager. Vous pouvez trouver d’une façon facile et pas chère des tables, des livres, des appareils électroménagers et plus. Mais attention aux punaises de lit!

Alors, si vous vous trouvez au Québec le premier juillet, ne soyez pas surpris de trouver les rues pleines de camions de déménagement et de meubles. C’est le jour du déménagement!

Quand les voyelles sont-elles nasales?

J’ai déjà écrit un article sur l’alphabet phonétique international, ce qui peut vous aider à identifier les sons en français. Maintenant, j’aimerais vous parler spécifiquement des voyelles nasales et où les trouver dans les mots.

quand-les-voyelles-sont-nasales.png

Ce n’est pas toujours évident de savoir si un mot contient un son nasal ou non. On ne peut pas dire que chaque fois qu’on voit eninonan, um… que ce sont des sons nasaux. Je vous donne quelques exemples :

  • ton/tonalité
  • an/année
  • emmener/amener
  • impossible/immobile
  • bon/bonne
  • parfum/continuum

Dans chaque groupe de mots, c’est le premier qui contient un son nasal.

La règle générale est la suivante : Lorsque la lettre nasale (m ou n, même si la lettre est doublée) se trouve directement avant un son voyelle, le son ne va pas être nasal (année = [ané] et pas [ãné]). Dans toutes les autres situations (à la fin du mot, avant une consonne), la voyelle avant le ou n va devenir nasal.

Il y a quand même des exceptions à cette règle. Par exemple, dans la graphie emm (emmener, emménager…) le e se prononce [ã]. Une autre exception est le um à la fin des mots. Souvent, lorsque ces mots ont une racine latine, on prononce le m; le u n’a pas de son nasal : (référendum, continuum). Ceci est le même pour le am dans le nom Abraham.

La fête nationale du Québec (La Saint-Jean)

 

drapeau-québecois3

 

Le 24 juin est la fête nationale du Québec. Cette fête a des origines religieuses, ce qui explique l’autre nom : La Saint-Jean-Baptiste. Cette journée est un symbole de tous les Canadiens français, et elle est même célébrée dans d’autres pays avec une histoire catholique. La Saint-Jean est une journée fériée au Québec et elle signale le début de l’été pour beaucoup de personnes, surtout pour les enfants à l’école!

Des festivités se déroulent partout au Québec pendant la Fête nationale. On peut assister à des concerts, aux feux d’artifice, aux discours et, évidemment, à une mer de drapeaux québécois.

Bonne fête de la Saint-Jean-Baptiste!

Un regard sur : Les Colocs

Les Colocs est un groupe musical québécois des années ’90. Le groupe a arrêté après le suicide du chanteur André (Dédé) Fortin en 2000. C’était un groupe très populaire, et même aujourd’hui, tout le monde (au Québec au moins) connaît toujours la musique de Les Colocs.

Honnêtement, lorsque j’ai entendu leur musique pour la première fois, je l’ai trouvée un peu bizarre. Je n’étais pas habitué à entendre ce style de musique et le rythme était assez nouveau pour moi. C’étaient mes impressions au début, mais maintenant, Les Colocs sont un de mes groupes préférés. J’aime surtout les chansons La rue principale, Juste une p’tite nuite, et Mauvais caractère.

Les Colocs est évidemment un incontournable de la musique québécoise (ou même francophone).

Vous pouvez trouver beaucoup de leurs grands succès dans leur premier album sur iTunes ici (lien affilié) : Les colocs – Les Colocs

Les terminaisons du pluriel du français

Pour la majorité des noms, il faut seulement ajouter un s pour faire le pluriel. Il y a, pourtant, des terminaisons différentes pour certains noms. Voici une table des noms avec d’autres formes au pluriel et des exceptions :

Singulier Pluriel Exemples Exceptions
-al -aux des chevaux, des bocaux des carnavals, des festivals, des récitals
-s, -x, -z invariable (rien ajouté) des nez, des prix  
-eau, -au, -eu -x des seaux, des feux, des cheveux des bleus, des pneus
-ail -s des chandails, des portails, des détails des baux, des coraux, des vitraux, des travaux
-ou -s des bisous, des caribous (Voir ci-dessous)

Pour les noms qui se terminent par -ou au singulier, il y a une phrase qui existe afin de vous aider à mémoriser les exceptions qui finissent en –oux au pluriel :
Venez mes choux sur mes genoux avec vos joujoux et vos bijoux, emportez des cailloux pour lancer sur les hiboux pleins de poux.

J’ai remarqué que parfois je mélangeais les terminaisons au pluriel de -el avec celles de -al (aux). Ne faites pas la même erreur; souvenez-vous que les terminaisons -el et -elle deviennent -els et -elles.

Un regard sur : Le Tartuffe (pièce de théatre) de Molière

tartuffeimposteur

Molière est facilement le dramaturge le plus connu de la langue française, à un tel point que l’on dit que le français est la langue de Molière.

J’ai lu récemment ma première pièce de théâtre de Molière : Le Tartuffe ou l’Imposteur (première représentation en 1664). J’ai pris connaissance de cette pièce par hasard. Il y a quelques mois, j’écoutais les nouvelles de Radio-Canada et j’ai entendu qu’un politicien québécois a appelé un autre politicien Tartuffe. Ce politicien interpellé a mentionné aux médias que c’était inacceptable et que tout le monde connaissait le personnage de Tartuffe est ce que cela voulait dire. Alors, comme apprenant du français, je me suis dit « si apparemment tous les francophones connaissent ce personnage, cela veut dire que je le devrais aussi ». Cela montre qu’une source de la culture francophone peut amener à une autre.

Un aperçu : 

Le Tartuffe est une comédie qui parle d’un homme qui s’avoue vertueux; pourtant, Tartuffe est tout le contraire dans sa vie privée. Orgon, le père, veut que sa fille se marie à cet homme. D’autres personnages essaient de convaincre Orgon que Tartuffe est hypocrite, mais Orgon refuse de les croire. Après avoir été témoin des avances de Tartuffe, la femme d’Orgon organise un complot pour que son mari puisse voir que Tartuffe n’est pas tout ce qu’il dit. Mais il faut se méfier d’une personne comme Tartuffe, qui ferait tout pour que son image reste pure…

Mes impressions :

Avant de lire cette pièce, je pensais qu’elle allait être vraiment difficile à suivre, vu que la pièce a été écrite dans le 17e siècle et, en plus, elle est en vers. J’étais surpris lorsque je trouvais que je suivais l’histoire assez bien. C’est certain qu’il y avait des mots que je n’avais jamais vus, mais je comprenais le déroulement assez bien. Cela m’a aidé à me plonger dans le suspense comique. Des situations se présentent et on veut continuer à lire pour savoir le résultat. Cette pièce me donne le goût d’en lire d’autres de Molière (La malade imaginaire sera la prochaine).

Vous pouvez vous procurer la pièce Le Tartuffe sur Kobo Canada ici (lien affilié) : Le Tartuffe

Et sur Amazon ici (lien affilié) : Le Tartuffe (French Edition)