Un regard sur : Les souvenirs (film)

les-souvenirs-film-français.png

Un aperçu :

Les souvenirs (2015) est un film français qui montre la vie d’une famille de trois générations. La grand-mère est mise dans une résidence de personnes âgées. Elle n’est pas très contente avec cette décision et se sent laissée par son fils. Lui, c’est un homme qui vit des troubles d’anxiété et de confiance en soi. Il ne se sent pas très apprécié dans le monde et il surréagit à tout juste pour mettre un peu plus de drame dans sa vie. Le petit-fils est un écrivain en herbe avec un emploi banal. Il est beaucoup plus calme que son père, ce qui lui permet à mieux comprendre ce que sa grand-mère vit en ce moment.

La vie de tous les trois change lorsque la grand-mère disparaît. Le petit-fils va en recherche de sa grand-mère, découvrant la vie de celle-ci en même temps et développant une amitié avec elle. Tous les personnages apprennent des choses sur les autres et sur eux-mêmes durant le film.

Mes impressions :

J’ai beaucoup aimé ce film. C’est un film sentimental qui montre les liens forts qui se développent dans une famille. Mélangé avec un peu d’humour et un peu de drame, ce film est bien pensé et bien réalisé.

Un regard sur : Mes amis (roman) de Emmanuel Bove

Ah ! la solitude, quelle belle et triste chose ! Qu’elle est belle quand nous la choisissons ! Qu’elle est triste quand elle nous est imposée depuis des années ! — Bove, Mes amis.

Mes amis (roman) de Emmanuel Bove

Mes amis est une histoire d’un homme, Victor Bâton, qui vit seul et cherche des amis. Il rencontre plusieurs personnes, chacune lui donne de l’espoir d’avoir enfin trouvé un bon ami. Malheureusement, c’est Victor lui-même qui met fin à l’amitié; il sabote les relations à cause de ses émotions, ses désirs, ou sa recherche pour la perfection.

Mes impressions :

Honnêtement, lorsque j’ai entendu parler de ce livre, je pensais qu’il allait être un peu comique : un homme perd des amis en faisant des choses ridicules, du genre. Il était clair pour moi dès la première page que l’histoire était plutôt du côté déprimant. On est vraiment introduit dans les pensées et les réflexions de Victor. Les descriptions sont pleines de négativité. Par exemple, on peut presque sentir toute l’humidité froide décrite. Cette négativité est aussi présente dans la personnalité de Victor : il manque d’estime de soi et d’habiletés dans ses relations sociales.

Lorsque je lisais Mes amis, j’avais parfois de la sympathie pour la situation de Victor et d’autres fois je trouvais ses actions complètement idiotes. Je trouvais que le personnage était plus réaliste comme cela; c’est comme je n’étais pas censé aimer ou détester Victor, je le voyais comme il était : humain, avec de bonnes qualités et des défauts.

Parfois, je voulais dire au personnage « Ne soyez pas triste. C’est vous qui avez fini l’amitié avant qu’elle ne commence ! » En même temps, je me rendais compte que j’ai déjà saboté des amitiés dans ma vie avec les mêmes réflexions que Victor : je voyais trop de défauts dans l’autre personne, ce n’était pas exactement comme ce que j’imaginais, etc. Alors, en même temps que je voulais reprocher Victor pour ses actions et ses pensées, le livre m’a fait réfléchi sur des moments similaires dans ma vie.

De plus, le livre démontre bien les aspects « culturels » de la personnalité humaine : on est gêné d’arrêter trop longtemps devant une fenêtre ou de faire un demi-tour en marchant dans une rue pleine de gens. On essaie de ne pas trop incommoder les inconnus afin de donner une bonne impression.

En tout, c’est sûr que le livre est un peu déprimant, mais il nous fait réfléchir sur nous-mêmes et sur notre recherche de bons amis.

Vous pouvez trouver ce livre sur Kobo ici (lien affilié) : Mes amis

Et sur Amazon ici (lien affilié) : MES AMIS (French Edition) 

Un regard sur : Délice Paloma (film)

Un aperçu :

Mme Aldjéria est le personnage principal du film Délice Paloma (2007). Elle est à la tête d’une entreprise clandestine en Algérie qui réalise les souhaits des autres (fermer un commerce d’un autre, fournir une preuve d’un mari infidèle afin d’avoir droit à un divorce, etc.). Tout se passe bien pour Madame Aldjéria et elle est en train de réaliser un rêve en achetant un lieu de son enfance jusqu’au jour où elle tente sa dernière affaire… Est-ce qu’elle force sa chance?

delice-paloma-film-algerien.png

 

Mes impressions : 

Ce que j’aime de ce film c’est qu’il est loin d’être un film hollywoodien. Le « bon » et le « mal » sont mêlés; il n’y a pas vraiment de gagnant à la fin et on ne sait pas si on devrait être sympathique vers les personnages ou non. Tout ça ensemble fait que le film donne l’impression d’être plus réaliste (la vie n’est pas toujours un conte de fées…). C’est sûr que la fin du film ne nous laisse pas le sentiment que « tout est bien qui finit bien », et ça peut créer un sentiment peu agréable. Mais c’est exactement ce sentiment qui nous (au moins moi) amène à réfléchir sur le film et les connexions entre les évènements, les personnages et notre vue du monde.

Il est aussi intéressant de voir comment le regard de Mme Aldjérie sur l’Algérie change. Avant, lorsque tout allait bien, il y a de l’énergie, de la vie et de la joie. Cette vue devient plus pessimiste et on voit à la fin que la vie semble plus cachée, fermée et distante.

Les personnages m’ont marqué, le film m’a marqué et il a réussi ce que je crois qu’il voulait, à faire réfléchir les gens.

Un regard sur : Web thérapie (émission télévisée)

Les premiers mois où j’habitais au Québec, je n’avais pas assez de connaissances culturelles afin de m’entourer des émissions télévisées, des livres ou des films créés en français par des francophones. Par conséquent, afin de créer un pont entre mes connaissances culturelles et la langue française, je cherchais des traductions ou des doublages des choses que je connaissais déjà. Pour la musique, je cherchais même des gens qui me rappelaient des chanteurs anglophones (peut-on dire que Dalida est comme une Madonna francophone… ?). Cette pratique n’est pas toujours facile et aussi pas toujours satisfaisante. Je recommande fortement de découvrir des éléments culturels de la francophonie, même s’il prend plus de temps à trouver des choses qu’on aime (mais mon blogue peut vous aider !).web-therapie

Parfois, on est chanceux et on trouve une version francophone de quelque chose qu’on adorait dans notre langue maternelle. C’est ce qui m’est arrivé lorsque j’ai entendu parler de Web thérapie. C’est une version québécoise de l’émission états-unienne Web therapy créée par Lisa Kudrow.

Web thérapie est une histoire d’une femme, Florence Champagne, qui fait des séances de psychothérapie de 3 minutes en ligne (elle croit que les gens parlent trop de choses sans importance pendant des séances d’une heure…). Florence, étant un peu narcissique, utilise souvent ces séances à son avantage tout en refusant d’aborder les problèmes de sa propre vie.

Vous pouvez trouver cette émission humoristique à la télé sur TV5 Québec ou en ligne ici : http://tv5.ca/web-therapie/

Vous pouvez également acheter les saisons sur iTunes ici (liens affiliés) :
Web thérapie, Saison 1 – Web thérapie
Web thérapie, Saison 2 – Web thérapie
Web thérapie, Saison 3 – Web thérapie

Un regard sur : Comment lire le français pour mieux le dire et l’écrire (livre ressource) de Neli Guedova


Comment lire le français
est une excellente ressource pour vous aider à améliorer votre prononciation. Avec des sections très complètes, le livre nous fait découvrir les sons du français.

D’abord, l’auteure Neli Guedova nous montre l’articulation (comment manipuler la bouche pour chaque son) avec des photos et des descriptions approfondies. On apprend où trouver chaque son (dans quels groupes de lettres, dans quels mots, etc.). Par exemple, le son /u/ s’écrit d’habitude « ou » : soupe, bout, aujourd’hui. Après cela, il y a une section sur les graphèmes (les lettres de l’alphabet ou des groupes de lettres) avec des listes de sons possibles. Par exemple, le livre m’a aidé récemment à comprendre la différence de la prononciation du « e » au milieu des mots comme matelotCatherine, rapetisser et friperie comparativement aux mots sifflement, surmenage et comportement.

comment-lire-le-francais

La table des matières est d’ailleurs bien organisée pour qu’on puisse très facilement trouver ce qu’on veut savoir sur la prononciation. Il faut tout simplement chercher la lettre ou le groupe de lettres qui nous intéresse.

Le livre vise aussi d’autres éléments de la langue, notamment les règles de l’apostrophe, la ponctuation, les lettres majuscules/minuscules, la liaison et, ce que je trouve vraiment original, l’intonation. La variation du ton de voix dans une phrase est un élément de la langue pas souvent enseigné, mais très important pour la compréhension. On voit comment l’intonation monte ou descend selon la ponctuation, la structure de la phrase, la présence de négation, le sens voulu, etc.

En tout, Comment lire le français est une ressource très bien pensée. C’est autant un livre génial pour les débutants qui veulent se familiariser avec les sons du français que pour les avancés qui veulent parfaire leur accent. La prononciation est quand même une partie importante de l’apprentissage d’une langue. Elle nous aide à communiquer plus facilement et à comprendre mieux les autres. Cela nous amène à nous sentir plus confiants avec notre français, donc il y a plus de chance que nous l’utilisons lorsqu’on a l’occasion, ce qui nous amène à améliorer notre français et notre prononciation… et le cycle continue!

Vous pouvez trouver ce livre de ressource ici : http://www.marie-france.qc.ca/Catalogue/Livres/1190/Comment-lire-le-francais.aspx