Un regard sur : Le chandail de hockey (nouvelle) de Roch Carrier

« Nous vivions en trois lieux : l’école, l’église et la patinoire; mais la vraie vie était sur la patinoire. » – Le chandail de hockey 

Un aperçu :

Le chandail de hockey est une nouvelle racontée par Roch Carrier publiée en 1979, connue également sous le nom Une abominable feuille d’érable sur la glace. L’histoire se déroule dans un petit village au Québec dans les années 1940. Le hockey y est extrêmement populaire, surtout pour le jeune homme qui devient le personnage principal de l’histoire. Il écoute, comme le reste du village, les parties de hockey de son équipe préférée (les Canadiens de Montréal) diffusées à la radio. Il joue au hockey avec ses camarades chaque hiver. Tout le monde porte le chandail de hockey des Canadiens avec le même numéro que la vedette de hockey à l’époque : Maurice Richard.

Le jeune garçon porte son chandail jusqu’au point où celui-ci est trop usé, et sa mère doit commander un nouveau chandail du magasin Eaton. Cependant, le pire cauchemar imaginable pour le petit garçon se matérialise : la compagnie envoie un chandail des Maple Leafs de Toronto au lieu d’un chandail des Canadiens de Montréal ! La mère refuse de retourner le chandail, disant que c’est un chandail comme un autre. Le petit garçon survivra-t-il à l’humiliation ?

Découvrez ce classique de la littérature québécoise.

Mes impressions :

Le chandail de hockey est un conte assez bien connu au Québec et même au Canada anglophone. Dans l’histoire, on est plongé dans la vie d’une petite communauté au Québec au milieu de l’hiver. On voit l’importance de l’église dans la communauté, mais, selon l’histoire, l’importance plus marquée du hockey. D’une part, c’est un conte du pouvoir de la conformité et de l’humiliation pour un petit garçon. D’une autre part, c’est l’histoire de l’identité québécoise et les tensions qui existent entre les anglophones et les francophones au Canada.

Vous pouvez trouver le livre sur iTunes ici (lien affilié) : Le Chandail de Hockey – Roch Carrier & Sheldon Cohen

Et sur Kobo ici (lien affilié) : Le Chandail de Hockey

Il y a une version animée qui a été faite par l’Office national du film du Canada que vous pouvez regarder ici :

Les 5 sens en français

Avez-vous le goût d’apprendre le français ?  Et l’odorat et l’ouïe aussi ?

Voici les 5 sens en français avec les verbes principaux qui y sont associés :

 

Le toucher

Connaissez-vous les 5 sens en français ?

Verbes principaux : toucher (actif), sentir (passif),

 

La vue

yeux-vue

Verbes : regarder (actif), voir (passif)

 

L’odorat (m)

nez-sentir

Verbes : sentir (actif ou passif)

 

L’ouïe (f)

ecouter-ouie

Verbes : écouter (actif), entendre (passif)

 

Le goût

langue-gouter

Verbe principal : goûter

Avec le goût, il y a aussi les saveurs qu’on peut percevoir : l’acide, l’amer, le sucré, et le salé.

 

 

Vous avez peut-être remarqué les mots actif et passif que j’ai mis à côté de verbes. C’est un élément qui distingue en général les verbes principaux des sens.

Verbes actifs : On fait l’action volontairement.

Verbes passifs : La sensation n’est pas nécessairement voulue. Elle est aperçue par notre corps, provoquée par un élément dans notre environnement.

Les prépositions en français

Révisez les prépositions principales en français, des images et une petite histoire !

 

Voici les prépositions principales en français :

Prepositions-en-francais-au-dessus-de
en-dessous-de-preposition-francais

derriere-preposition-francaisdevant-preposition-francais

sous-preposition-francaissur-preposition-francais

a-cote-de-preposition-francaisentre-preposition-francais

dans-preposition-francais

au-bout-de-preposition-en-francais

 

Et une petite histoire qui montre la façon d’utiliser ces prépositions :

Un petit chat cherche de l’or

Dans une petite maison tranquille à côté d’une rivière tranquille vit un petit chat qui veut trouver de l’or. Il a vu de l’or pour la première fois en passant devant un magasin juste à côté de sa maison. Il y avait un petit collier brillant dans la fenêtre sur le cou d’un mannequin. Le chat était enchanté par la couleur et le scintillement de ce métal précieux. Depuis, il pense souvent à cette découverte. Il se décide qu’il va trouver de l’or !

Un jour, il passe à côté de quelques petits humains et, sous un sac à dos, il trouve une feuille sur laquelle se tracent des marques bizarres. C’était comme un plan de la ville, mais avec des flèches et des descriptions un peu partout. Il glisse la feuille entre ses pattes, et il remarque un gros X marqué au bout de la feuille avec cette inscription en lettres majuscules : DE L’OR !

Le chat s’estime très chanceux. Il faut juste suivre les flèches sur la carte et il trouvera ce qu’il cherche ! Il décide de commencer son aventure tout de suite. En suivant les indications, le chat passe en dessous du pont vert, puis dans le parc au centre-ville. Ensuite, il tourne à gauche et marche derrière l’hôpital. Il continue jusqu’au bout de la rue et grimpe sur un mur. Il suit le mur jusqu’à une école où il tourne à droite. Il se trouve ensuite devant une vieille maison.

La carte indiquait que l’or se trouve enterré à côté du gros arbre entre la maison et la clôture. Le chat se met immédiatement à creuser un trou à cet endroit, pas du tout conscient de l’animal qui se trouve au-dessus de lui…

En effet, un autre chat est perché sur une large branche de l’arbre. Ce chat regardait la scène avec amusement. Il saute sur le sol derrière le premier chat, le surprenant. Le chat de l’arbre demandeà l’autre ce qu’il fait. Le petit chat arrête de creuser son trou et raconte toute l’histoire. Les deux décident d’essayer de trouver le trésor ensemble. Après quelques minutes, les deux chats mettent leurs pattes sur une boite. Ils ouvrent la couverture avec hâte et trouvent dans la boite… de la monnaie ordinaire peinte jaune !

Le petit chat est vraiment déçu. Les deux chats laissent la monnaie dans la boite et décident d’aller marcher ensemble. Ils retrouvent le chemin que le premier chat avait pris, tout en découvrant de petits jeux : chasser les feuilles mortes sur le gazon, regarder les poissons dans la rivière, éclater les bulles de savon que les petits humains soufflaient à côté d‘eux, attraper les insectes sous leurs pattes, etc. Les deux chats sont devenus vite des amis. Ils se trouvent maintenant souvent l’un à côté de l’autre et ils ont même trouvé d’autres chats dans le quartier qui sont devenus des amis.

Le petit chat découvre qu’il n’a plus d’or dans ses pensées. Au bout de son aventure, il trouve qu’une amitié en or vaut plus que l’or lui-même.

Un regard sur : Le sketch show (émission télé)

Le titre, Le sketch show, résume bien cette série. C’est une émission télévisée québécoise composée de sketchs très comiques (de quelques secondes à quelques minutes). La série a été diffusée sur TVA entre 2004 et 2006. Le sketch show est en fait une adaptation d’une série britannique du même nom.

Découvrez des sketchs humoristiques dans cette émission québécoise.

L’humour d’une bonne partie des sketchs est basé sur l’imprévu. Une situation nous est présentée, mais le déroulement est assez singulier, très différent de ce que nous attendions.

La durée limitée des sketchs fait que c’est une bonne émission pour vous aider à vous divertir, rire, ou juste sourire en peu de temps.

Le sketch show peut être visionné sur YouTube : https://goo.gl/Km3ya6https://goo.gl/MBTGVqhttps://goo.gl/rJMSDL.

 

Un regard sur : Les fourmis (roman)

« D’ailleurs, si des extraterrestres débarquaient un jour sur notre planète, ils ne s’y tromperaient pas. Ils chercheraient sans aucun doute à discuter avec elles. Elles [les fourmis] : les vrais maîtres de la Terre. » — Les fourmis

Un aperçu :

Les fourmis est une des œuvres les plus célèbres de Bernard Werber, un écrivain français de science-fiction. Sorti en 1991, c’est un roman qui raconte l’histoire d’une famille qui déménage chez leur oncle disparu et aussi l’histoire d’une cité de fourmis.

L’histoire se situe à Paris dans un avenir proche. On voit que c’est une vue un peu pessimiste sur le pouvoir de la génération actuelle d’améliorer le monde :

« — Oh ! tu sais, ce qui me frappe le plus c’est que rien n’a changé. Avant, lorsque j’étais toute jeunette, on se disait qu’après le passage du millénaire il se produirait des choses extraordinaires, et tu vois, rien n’a évolué. Il y a toujours des vieux dans la solitude, toujours des chômeurs, toujours des voitures qui font de la fumée. »

Il y a tout un mystère autour de l’oncle disparu. Tout ce que la famille sait de lui c’est qu’il étudiait sans cesse les fourmis. Le père trouve une note très mystérieuse de cet oncle qui dit à la famille d’éviter le sous-sol de la maison, et même de le barricader afin d’empêcher quiconque d’y descendre. Cependant, la curiosité humaine peut être si forte…

Par rapport aux fourmis, on découvre, avec beaucoup de détails, le quotidien de ces petits insectes si nombreux sur la planète. Leur mode de travail nous est révélé comme une doctrine :

« La philosophe générale des fourmis. ‘Lentement mais toujours en avant.’ ».

On est présenté à trois fourmis en particulier pendant l’histoire : 327e, 56e et 103 683e. On observe leurs tâches spécifiques, une spécificité qui est apparemment assez marquée dans le monde des fourmis :

« … un autre principe de la philosophie globale des fourmis. ‘L’avenir appartient aux spécialistes.’ »

L’année de cette cité de fourmis semble commencer comme tous les autres, sauf lorsque 327e se rend compte qu’un de leurs ennemis, selon lui les fourmis naines, a découvert une arme secrète qui peut détruire leur cité. Cependant, lorsqu’il essaie de prévenir ses camarades, c’est clair que ses nouvelles ne sont pas les bienvenues…

Est-ce possible que tout ce mystère soit lié ?

Un livre science-fiction français dans lequel on découvre la vraie vie des fourmis !

Mes impressions :

Les fourmis est un livre qui nous fait découvrir un tout autre monde qui existe juste à nos côtés. C’est captivant d’être transporté dans ce monde où l’on commence à voir que la survie d’une cité est aussi importante pour les fourmis que la survie d’une ville l’est pour les humains. D’ailleurs, le monde selon les fourmis et leurs connaissances sur la vie décrites dans ce roman peuvent facilement être liés au monde humain. Par exemple :

« Il existe deux manières d’affronter un problème ; soit on l’empêche d’approcher, soit on se laisse traverser par lui. La seconde n’est pas forcément la plus mauvaise. »

C’est en fait une œuvre assez philosophique avec des passages sur l’état de la nature en général comme ceci :

« La nature, n’en déplaise à M. Darwin, n’évolue pas vers la suprématie des meilleurs (selon quels critères, d’ailleurs ?). La nature puise sa force dans la diversité. »

J’étais surpris de trouver des moments tragiques dans ce livre traités comme n’importe quel évènement passant. C’est comme l’auteur nous voulait réfléchir sur le fait que nos réactions sont différentes envers la vie d’insectes juste parce qu’on commence à les connaitre un peu plus. Encore, il y a une pensée philosophique qui peut être connectée à tout cela.

Ceci m’amène à constater qu’il y a trois éléments principaux du roman Les fourmis : la philosophie, la vie des fourmis et, surtout, la science-fiction. Si vous vous intéressez à au moins un de ces éléments, ce livre est un bon choix pour votre prochaine lecture.

Trouvez ce livre sur Kobo ici (lien affilié) : Les Fourmis

Et sur Amazon ici (lien affilié) : Les Fourmis (Romans, Nouvelles, Recits (Domaine Francais) t. 6022) (French Edition) 

Expression : Faire la grasse matinée

Lorsque vous restez au lit le matin et vous vous levez beaucoup plus tard que d’habitude, ça c’est faire la grasse matinée.

Restez au lit et faire la grasse matinée !

Personnellement, il est rare que je fasse la grasse matinée parce que je me réveille tôt et je trouve toujours des raisons pour me lever. Par contre, parfois je suis tellement fatigué en me réveillant que j’ai vraiment le goût de rester au lit longtemps. C’est en ces moments-là où je fais la grasse matinée !