Un regard sur : Le Père Noël démissionne (roman jeunesse)

Pour qui se prennent-ils ? J’en ai plus qu’assez de ces gamins pourris gâtés et de leurs parents qui les couvent comme de petits anges. À l’avenir, ils se passeront de moi. JE DÉMISSIONNE ! — Le père Noël démissionne

Les livres jeunesse peuvent être très utiles pour les apprenants du français, même les adultes. Il faut juste trouver un sujet qui vous intéresse, et pour moi, le titre Le père Noël démissionne a captivé mon attention tout de suite ! C’est un roman jeunesse québécois de Jacques Pasquet sorti en 2011.

Un aperçu :

Après sa tournée annuelle, le père Noël reçoit des lettres d’enfants. Des remerciements, il croit, mais non… de plaintes ! Des enfants lui écrivent disant qu’ils n’ont pas assez reçu, qu’ils ont reçu moins que leur frère, etc. Le père Noël est tellement agacé par ce manque de reconnaissance qu’il décide de démissionner ! Quelqu’un d’autre va devoir le remplacer. Mais ce n’est pas tout, il veut que quelqu’un punisse ces enfants ingrats. Donc il prend un petit voyage…

Découvrez la raison pour laquelle le pére Noël veut démissionner dans ce roman jeunesse

Mes impressions :

Ce qui est bien avec les romans jeunesse est qu’ils sont, en général, courts, simples à comprendre et possèdent un élément de fascination.

Le père Noël démissionne est, en plus, drôle et pose un regard critique sur la consommation. On y découvre également d’autres personnages fictifs. Par exemple, on rencontre saint Nicolas et le Père Fouettard, qui existent dans l’imaginaire des enfants des pays du nord de l’Europe continentale (plus d’information ici : https://fr.wikipedia.org/wiki/Saint-Nicolas_(fête)). J’ai moi-même appris quelque chose lorsque le père Noël cherchait un croque-mitaine, ces créatures maléfiques qui punissent les enfants peu sages (l’article sur Wikipédia ici : https://fr.wikipedia.org/wiki/Croque-mitaine). Il y a aussi, bien sûr, le père Noël, si ce personnage ne vous est pas encore familier.

Vous pouvez trouver ce livre sur Amazon ici (lien affilié) : Père Noel démissionne (Le) 

Ou en version numérique chez Renaud-Bray ici : Le père Noël démissionne (PDF) 

 

Expression : Avoir des fourmis dans les jambes

— Aïe ! Je suis assis trop longtemps avec mes jambes croisées. J’ai des fourmis dans les jambes ! Il faut que je me promene un peu.

Connaissez-vous l'expression en français « Avoir des fourmis dans les jambes » et comment l'utiliser ?

Avoir des fourmis dans les jambes est une expression qui explique la sensation de picotement qu’on se sent lorsqu’il y a un manque de circulation sanguine dans une partie du corps. C’est comme s’il y avait de petites fourmis qui marchaient sous la peau ! C’est la raison pour laquelle cette expression fait allusion aux fourmis. Bien entendu, jambes peut être remplacer par brasmain, doigt, etc.

Cette expression pourrait aussi être utilisée dans le sens d’avoir le besoin de bouger.

Un regard sur : Pure laine (série télévisée)

Pure laine est une série télévisée de 2006/2007 qui porte, d’une façon humoristique, sur l’identité et la culture québécoise. La série a comme personnages principaux une famille composée d’un père d’origine haïtienne, une mère « pure laine » (ça veut dire d’origine québécoise) et une fille adoptée de Chine, parmi leurs amis et collègues.

Découvrez la série télévisée québécoise « Pure laine »

Le père de la famille raconte ses observations sur la société québécoise de son point de vue comme immigrant. On voit des épisodes qui portent sur l’accent québécois, les signes religieux, l’hiver, le racisme, l’intégration, des éléments historiques, etc.

Cette émission très bien pensée est toujours pertinente afin de mieux comprendre la société québécoise puisque les sujets de la série reviennent souvent dans l’actualité.

Vous pouvez trouver les épisodes sur YouTube : https://goo.gl/BZaC2b 

 

4 choses auxquelles il faut s’attendre lorsqu’on s’installe dans un lieu de langue étrangère

Ces informations sont basées sur mes expériences lorsque j’ai déménagé au Québec.

Découvrez quatre choses qui peuvent vous arriver quand vous habitez dans un lieu de langue étrangère.

1. Tu viens d’où, toi ?

Il faut s’habituer à cette question parce que vous allez l’entendre assez souvent dans votre intégration dans la langue seconde. Cela peut durer des années parce que même si vous vous améliorez dans la langue, c’est souvent le cas qu’un petit accent reste. Moi, j’essaie de répondre avec un sourire, mais à l’intérieur je suis un peu fatigué de cette question.

Il faut qu’on reconnaisse le fait que les gens sont curieux et que c’est une façon pour eux de commencer ou de continuer une conversation.

 

2. Pardon ?

Lorsqu’on est en apprentissage d’une langue, c’est normal de vivre des expériences d’incompréhension. Vous allez voir que les gens ne vous comprennent pas à chaque coup (J’ai dit 5, pas 7 !). Et, bien sûr, ça va vous arriver de ne pas comprendre les gens.

Même si c’est normal de vivre de telles expériences lorsqu’on apprend une langue seconde, cela ne veut pas dire que c’est facile !

Il arrive parfois que les gens ne me comprennent pas exactement, soit dû à une mauvaise prononciation d’un son précis, au genre incorrect, soit dû même à l’intonation. (Pour améliorer ces aspects de votre français, visitez Un regard sur : Comment lire le français pour mieux le dire et l’écrire (livre ressource) de Neli Guedova et Le genre des noms).

Il ne faut pas se décourager ! Il faut plutôt utiliser ces moments pour s’améliorer. C’est souvent dans ces situations où nous nous rendons compte d’un son ou d’un point de grammaire qui nous pose un problème.

Il est aussi possible que les gens ont de la difficulté à nous comprendre parce que nous parlons trop doucement ! Dans un cas comme ceci, on doit plutôt travailler sur notre estime de soi dans la langue seconde et avoir plus de confiance dans ce qu’on dit, sans se soucier trop de notre habileté.

 

3. Vais-je devenir bilingue ?

Avant de déménager au Québec, j’avais une pensée idéaliste que j’allais apprendre le français très vite et devenir bilingue dans un an ou deux. Mais, j’ai appris quil ne faut pas se raconter des histoires ! Ça prend du temps d’apprendre une langue, même si elle nous entoure.

Il existe des définitions variées de bilinguisme; une qui dit que c’est seulement les enfants qui ont grandi avec et parlent deux langues ou plus de manière égale qui sont considéré comme bilingue (Wikipédiabilinguisme individuel). Selon cette définition, si vous êtes un adulte, vous n’allez jamais être considéré comme bilingue. Mais il ne faut pas vous décourager avec une telle définition ! On peut quand même s’améliorer jusqu’au point où on parle très, très bien la langue.

Avec beaucoup d’efforts et plusieurs mois à plusieurs années, on peut devenir assez à l’aise de travailler, étudier, communiquer et s’amuser dans une langue, sans être complètement bilingue.

C’est important de savoir parce que de cette façon, nous nous concentrons plus sur nos améliorations graduelles au lieu d’être découragés parce que nous n’avons pas encore atteint le niveau idéalisé de bilinguisme.

 

4. Je suis plus intelligent dans ma langue maternelle. Je te le jure !

Imaginez un enfant de moins de quatre ans qui a un vocabulaire très simple et qui mélange parfois des conjugaisons de verbes ou des formes grammaticales. Ça, c’est nous lorsque nous apprenons une nouvelle langue. C’est pourquoi les autres nous voient parfois comme peu intelligents avec un esprit simple, seulement parce qu’on fait les mêmes fautes qu’un petit enfant.

On est pourtant des adultes qui ont accumulé beaucoup de connaissances à travers des expériences et des formations diverses. Cependant, les gens ont tendance à utiliser le niveau de langue comme indicateur de niveau de connaissances. Nous pouvons nous exprimer très facilement dans notre langue maternelle, mais dans la langue seconde, ça peut être une autre histoire.

J’ai déjà eu des expériences où les gens pensaient que je ne pouvais pas lire ou écrire en français, juste parce que j’avais de la difficulté de communiquer oralement ! Toutefois, ce qui est probablement le cas pour beaucoup d’apprenants, je me sens plus à l’aise avec la langue écrite que la langue orale. Avec la lecture et l’écriture, on a l’occasion de prendre plus de temps (relire une phrase, changer un mot, etc.) comparativement à une conversation dans laquelle on doit continuellement avancer et répondre en peu de temps.

Tout ça pour dire que lorsqu’on vit dans une autre langue, notre QI semble diminuer devant les autres. Donc, attendez-vous à ce que vous viviez des situations où vous vous sentez un peu stupide. Mais sachez que vous êtes en fait en train de devenir plus intelligent parce que vous apprenez une autre langue !

Demander/Indiquer son chemin en français

Si quelqu’un vous demande, en français, le chemin pour aller à un endroit précis, seriez-vous capable de l’aider ? Ou, possiblement plus pertinent, si vous essayez de trouver votre chemin dans une ville francophone, seriez-vous capable de comprendre ce que dit la personne qui vous donne les indications ?

Vous allez où ? Le vocabulaire nécessaire pour demander ou indiquer son chemin en français.

Je vais vous donner un peu de vocabulaire au cas où vous vous trouveriez dans une de ces situations. Commençons par les termes de base :

  • À droite →
  • ←À gauche
  • Tout droit (continuer devant vous)

C’est aussi bien de connaitre les prépositions principales en français (à côté de, devant, etc.) Voici un article qui peut vous aider avec les prépositions : Les prépositions en français

Voici les points cardinaux :

 

Notez qu’on ne prononce pas le « d » dans « nord ».

 

Lorsqu’on indique son chemin, les noms de différents types de routes sont parfois nécessaires :

  • Une rue
  • Un boulevard
  • Un chemin
  • Une avenue
  • Une autoroute

 

Voici quelques endroits qu’on pourrait vouloir trouver :

  • Un musée
  • Un aéroport
  • Un hôtel
  • Un supermarché
  • Une station d’essence
  • Une auberge de jeunesse
  • Un arrêt d’autobus
  • Un stade
  • Un gite.
  • Une université
  • Un centre-ville
  • Un restaurant

 

Et finalement, je vous donne des exemples de phrases pour mettre tout ce vocabulaire ensemble :

— S’il vous plait, où est-ce que je peux trouver le Musée des beaux-arts ?

— Ah, il n’est pas très loin d’ici. Il faut continuer tout droit sur cette avenue. Passez la station d’essence à côté d’un hôtel et tournez à gauche sur l’autoroute, direction sud. Tournez à gauche sur le boulevard Laurier. Vous allez voir le musée à votre droite.

— Merci beaucoup. Et pour aller au stade après ?

— Le stade est un peu plus loin. Allez sur le boulevard dans la direction ouest et prenez le chemin de l’Université à votre droite. Continuez jusqu’au bout du chemin et vous allez voir un supermarché. La rue après va vous amener au stade.

Un regard sur : L’ile mystérieuse (roman) de Jules Verne

« …Et maintenant, grâce au savoir de leur chef, grâce à leur propre intelligence, c’étaient de véritables colons, munis d’armes, d’outils, d’instruments, qui avaient su transformer à leur profit les animaux, les plantes et les minéraux de l’ile, c’est-à-dire les trois règnes de la nature ! » – L’ile mystérieuse 

Un aperçu :

L’ile mystérieuse est un roman sorti en 1875 qui a été écrit par Jules Verne, un écrivain français célèbre pour ses histoires d’aventure mêlées avec la science contemporaine. L’action dans cette histoire commence tout au début, avec l’écrasement d’un ballon que 5 hommes (et un chien) utilisent afin de s’enfuir de la guerre civile aux États-Unis. Les hommes se trouvent, emportés par le vent, de milliers de kilomètres de leur domicile. L’écrasement arrive sur une ile au milieu de l’océan Pacifique, ce qui est heureux pour les personnages parce qu’ils auraient pu se trouver directement dans l’eau !

Les naufragés, de professions variées, commencent tout de suite à entreprendre le travail nécessaire afin de répondre à leurs besoins immédiats (de l’eau, un abri, de la nourriture). Ensuite, les hommes explorent l’ile prenant note des environs, des plantes et des animaux qui peuvent les aider à survivre des semaines, des mois, voire des années sur l’ile si nécessaire.

Il semble qu’ils attendront longtemps avant d’être sauvés parce que le groupe ne voit aucun bateau dans les eaux autour. Mais cela ne décourage pas les hommes et ils commencent à « coloniser » graduellement l’ile. Ils fabriquent ou apprivoisent tout ce qu’il les faut afin de survivre confortablement sur cette ile.

Mais où est la partie mystérieuse ? Bien, les colons, comme Verne les appelle, se trouvent parfois dans des situations assez dangereuses ou même fatales. Toutefois, il arrive dans chaque cas une occurrence qui les sort de la menace. Les hommes trouvent des indices qu’ils ne sont peut-être pas seuls sur l’ile…

Découvrez ce classique de Jules Verne, écrivain français de romans d'aventure du 19e siècle.

Mes impressions :

Pour les gens qui cherchent un livre à lire rapidement, attention ! Ce livre, avec ses 60 chapitres, peut prendre un peu plus de votre temps. Pour moi, le livre semblait surtout long au début. Cependant, la deuxième moitié est remplie d’action et d’intrigue qui continuait à capter mon attention. La première moitié est un peu long surtout à cause des descriptions assez détaillées sur les façons de fabriquer des objets ou sur les découvertes des personnages. Il faut noter aussi que le manque de diversité est un peu frappant dans ce livre. Apparemment, les femmes ont très peu de place dans les romans de Jules Verne. C’est aussi intéressant de constater l’accent mis sur la colonisation et la transformation de la nature pour le bien des humains, des éléments culturels parfois moins présents aujourd’hui.

« L’ingénieur avait confiance, parce qu’il se sentait capable d’arracher à cette nature sauvage tout ce qui serait nécessaire à la vie de ses compagnons et à la sienne. » – L’ile mystérieuse

Mais quel optimisme ! Les personnages, arrivant sur l’ile avec absolument rien, restent persuadés de bien être capables de braver les périls. Ils ont confiance en leurs habiletés et ne procrastinent pas à faire tout ce qui est nécessaire pour leur survie. Ce n’est pas tout; ils réussissent même à s’épanouir dans leur situation désespérée. C’est donc un bon roman pour ceux en cherche d’un peu d’optimisme dans la vie.

« Décidément, Pencroff avait rayé le mot «impossible» du dictionnaire de l’ile Lincoln. » – L’ile mystérieuse

Si vous connaissez déjà l’œuvre de Jules Verne, le roman L’ile mystérieuse pourrait aussi être intéressant à découvrir parce qu’il y a quelques personnages d’autres livres qui font une apparition. Notamment de Vingt mille lieues sous les mers et Les enfants du capitaine Grant.

Si vous cherchez un livre d’aventure plein d’optimisme pour vous évader un peu chaque jour, l’ile mystérieuse serait un bon choix pour vous.

Trouvez le livre sur Kobo ici (lien affilié) : L’île mystérieuse 

Et sur Amazon ici (lien affilié) : L’ILE MYSTERIEUSE (édition illustrée) (French Edition) 

Expression : raconter des histoires

— Comment va ta recherche d’appartement ?

— Ça va… mais je ne trouve pas exactement ce que je cherche. Je veux un quatre et demi avec un grand salon pour moins de 600$ par mois au centre-ville.

— Ah ! Mais il ne faut pas se raconter des histoires ! Même un trois et demi au centre-ville vaut plus que 600$.

Connaissez-vous l'expression «raconter des histoires» ?

Raconter des histoires est une expression qui veut dire mentir ou inventer une fausse histoire. Une autre expression similaire est : raconter des salades.

Lorsqu’il est utilisé comme un verbe pronominal (se raconter des histoires), le sens change un petit peu pour dire se créer des illusions, comme dans l’exemple.

Attention ! Raconter des histoires peut aussi être utilisé littéralement dans le sens de relater un récit.

Terreur 404 pour l’Halloween

Cherchez-vous une série terrifiante pour célébrer l’Halloween ?

Cherchez-vous une série terrifiante pour l'Halloween ? Je suggère « Terreur 404 » de TOU.TV.

Terreur 404 est une série d’horreur de TOU.TV   qui mélange la technologie, les mythes urbains et, bien sûr, la peur ! C’est très facile à regarder vu que les épisodes sont très courts (10 minutes environ). Mais attention, certaines scènes peuvent être assez troublantes !

Vous pouvez trouver les épisodes ici : https://ici.tou.tv/terreur-404 

Un regard sur : Téléfrançais

Téléfrançais est une émission de télévision créée au Canada dans les années 1980. Le but de l’émission était d’aider les jeunes anglophones qui apprenaient le français.

Le concept, je dois admettre, est un peu bizarre : des enfants font connaissance d’un ananas magique qui parle dans ce qui semble être un parc abandonné. Un peu de variété est ajoutée avec les interludes musicaux du groupe Les squelettes et des dessins animés. L’émission sort tellement de l’ordinaire que c’est quand même amusant de regarder pour les adultes.

C’est en fait une très bonne émission pour ceux qui sont plutôt débutants ou intermédiaires en français. Les personnages parlent lentement, des phrases clés sont affichées sur l’écran et répétées et une variété de situations sont présentées.

Un ananas qui parle ? Découvrir téléfrançais - une émissions télé pour les apprenants du français

Vous pouvez trouver les trente épisodes de Téléfrançais sur YouTube ici : https://goo.gl/ncG74n