Un regard sur : Six degrés de liberté (roman) de Nicolas Dickner

« Elle accroche son manteau, soupire. Cette journée va ressembler à toutes les précédentes, elle le sent. Travailler huit heures à la quincaillerie. Ranger des vis sur les étagères. Étudier pour un examen de maths… Laver la vaisselle. Laisser passer la semaine. Les semaines. Les mois. S’interroger sur le sens de la vie. Broyer du noir. Lisa mène une vie à l’infinitif. » — Six degrés de liberté 

Un aperçu :

Le livre Six degrés de liberté par Nicolas Dickner, gagnant du prix du Gouverneur général en 2015, est un roman qui suit la vie de deux femmes, Jay et Lisa.

Jay est employée chez une institution gouvernementale. Son travail consiste à détecter des fraudes de cartes de crédit. En fait, cet emploi fait partie de sa sentence criminelle, à cause d’un lien qu’elle avait avec le crime organisé.

Lisa, une adolescente au début du livre, a une vie ordinaire et un peu trop banale d’après elle. Sa vie comme jeune femme est bouleversée lorsque son père commence à perdre sa mémoire. Lisa doit s’occuper de lui, tout en respectant ses autres obligations. Son quotidien commence à être composé de trois mots seulement : école, travail, hôpital. Elle n’a plus de temps pour elle, pour la vie.

Les deux femmes cherchent une raison d’être; elles s’ennuient de ce que la vie leur présente comme réalité. Ce sont leurs agissements sur ce sentiment qui vont faire que leurs deux histoires s’entremêlent : Jay commence à s’occuper, en secret, d’un cas bizarre que la GRC a de la difficulté à résoudre. Lisa, avec l’aide de son meilleur ami Éric qui est un génie de l’informatique, établit un plan de traverser la planète d’une façon, disons, inusitée.

six-degres-de-liberte

Mes impressions :

J’ai trouvé que Six degrés de liberté est un roman plutôt divertissant et surtout une réflexion sur la vie banale. Indirectement, le livre nous conscientise sur le monde de la consommation qui nous entoure, qui nous dévore. Les actions des personnages principaux sont comme des cris de secours afin de sortir du système établi et se sentir plus vivant.

On voit beaucoup d’exemples dans ce livre dans lesquels la réalité dure contraste avec le monde, presque moqueur, de la consommation :

« Robert, qui enfonce le gros bouton rouge, le seul dont il n’a pas oublié la fonction. La télévision s’allume sur une émission du matin. Aujourd’hui on compare à l’aveugle des vinaigres balsamiques. »

Les personnages réfléchissent sur l’état bien implanté de la société de la consommation (les biens, la malbouffe) comme dans cet exemple :

« Tout en fouillant, Jay se demande ce que les gens penseraient de ses propres poubelles. Les déchets ont toujours été un important marqueur de classes sociales… Aujourd’hui, tout le monde craint secrètement de produire des ordures ennuyantes, qui témoigneraient d’une vie plate. »

Honnêtement, c’était difficile pour moi de m’accrocher à ce livre pendant les premiers chapitres. Mais, si la même chose vous arrive, continuez un peu. J’ai remarqué que le livre devenait de plus en plus intéressant et la dernière moitié gardait pleinement mon attention !

Il faut savoir que d’un chapitre à un autre, les évènements sont un peu décalés. C’est peut-être parfois difficile à suivre, mais cela fait partie de l’intrigue; on essaie de comprendre comment les évènements sont connectés. En fait, le roman est un peu comme mettre ensemble des pièces d’un casse-tête.

Un casse-tête divertissant et bien rafraichissant.

Vous pouvez trouver ce livre sur Kobo ici (lien affilié) : Six degrés de liberté

Et sur Amazon ici (lien affilié) : Six degrés de liberté

Un regard sur : Like-moi! (émission télé)

Like-moi!

Like-moi! est une émission présentant des sketchs humoristiques sur une variété de sujets. L’émission cible surtout les jeunes générations.

Il y a plusieurs personnages récurrents dans la série, incluant Gaby Gravel, une maquilleuse un peu… intense :

http://likemoi.telequebec.tv/episodes/18-episode-18/sketchs/7-gaby-gravel-7-les-coups-de-coeur

 

Vous pouvez trouver d’autres sketchs et les épisodes complets sur le site de l’émission ici : http://likemoi.telequebec.tv

Plusieurs sketchs de Like-moisont aussi sur YouTube.

Également, vous pouvez acheter les saisons sur iTunes ici (liens affiliés) :
Like-moi!, Saison 1 – Like-moi!
Like-moi!, Saison 2 – Like-moi!

Un regard sur : L’étranger (roman) d’Albert Camus

Un aperçu :

Dans l’étranger, un homme raconte ce qui se passe dans sa vie an Algérie. On se trouve au début avec lui lorsqu’il apprend la mort de sa mère. On découvre que le narrateur, qui s’appelle Meursault, ne ressent pas beaucoup d’émotions, même pendant des évènements tragiques de la vie. Il assiste aux funérailles de sa mère, sans pleurer, et il retourne au travail.

« J’ai pensé que c’était toujours un dimanche de tiré, que maman était maintenant enterrée, que j’allais reprendre mon travail et que, somme toute, il n’y avait rien de changé. »

Ensuite, on rencontre les personnes qui font partie de la vie de Meursault : une nouvelle copine, des voisins, des amis. Tout se passe assez bien jusqu’au point où, à la suite de nouveaux ennemis créer par les actions d’un voisin, Meursault tue un homme.

Meursault se trouve devant les autorités et bientôt à la cour. Il reconnait ce qu’il a fait de tort, mais il continue à ne pas démontrer beaucoup d’émotion, ce qui choque les autres. Son procès commence vite à tourner autour de ce manque d’empathie.

L'étranger

Mes impressions :

Il y a quelques éléments de L’étranger qui donne au livre sa puissance. D’abord, c’est un récit à la première personne et le narrateur commet un acte terrible. Comme lecteur, on doit rester dans les pensées de cet homme ni héros ni vilain terrible, mais sans sentiments.

C’est exactement cette question de sentiment qui est intéressante parce que, pour une raison quelconque, Meursault ressent l’indifférence dans la plupart de situations. Les autres personnages du livre lui reprochent fortement cela. Mais est-ce juste ? Est-ce qu’une société peut vraiment reprocher à quelqu’un un manque de sensibilité ?

À part ces questions, une autre partie de l’histoire qui fait réfléchir est la présence du soleil. Pendant la lecture, on se sent constamment dans la chaleur sous un ciel bleu. Tout est éclairé sans ombre. Pourtant, c’est un contraste énorme avec ce qui se passe dans l’histoire, une histoire plutôt sinistre et noire.

C’est aussi une histoire assez philosophique, ce qu’on voit dans les réflexions du personnage principal. Par exemple, ici Meursault pense à l’indifférence de la nature par rapport à la vie des êtres humains.

« Oui, c’était l’heure où, il y avait bien longtemps, je me sentais content. Ce qui m’attendait alors, c’était toujours un sommeil léger et sans rêves. Et pourtant, quelque chose était changé puisque, avec l’attente du lendemain, c’est ma cellule que j’ai retrouvée. Comme si les chemins familiers travers dans les ciels d’été pouvaient mener aussi bien aux prisons qu’aux sommeils innocents. »

L’étranger d’Albert Camus est un livre qui laisse une impression assez forte après sa lecture. C’est un des livres les plus célèbres de la francophonie, et, facilement, un incontournable.

Vous pouvez trouver le livre sur Kobo Canada ici (lien affilié) : L’Étranger

Ou sur Amazon ici (lien affilié) : L’Étranger (French Edition)

Un regard sur : Le cœur a ses raisons (série télé)

Le cœur a ses raisons est une série qui se moque des téléromans. L’histoire est un calque de grands thèmes qu’on trouve dans ces émissions populaires, ajoutant des éléments en grande quantité qui parodient les absurdités des téléromans.

Le cœur a ses raisons

Le cœur a ses raisons est une production québécoise et a été diffusé de 2005 à 2007. Elle met en vedette Marc Labrèche et Anne Dorval, deux comédiens bien connus au Québec.

C’est une série vraiment comique et divertissante. L’humour est bien pensé afin de drôlement caricaturer les téléromans. Vous pouvez trouver la plupart des épisodes sur YouTube.

Un regard sur : Monsieur Lazhar (film)

Un aperçu :

Monsieur Lazhar est un film québécois qui est sorti en 2011. Il raconte l’histoire d’un homme algérien qui s’intègre à la société québécoise après avoir perdu sa famille en Algérie. Après qu’un évènement tragique bouleverse une école primaire, monsieur Lazhar réussit à déclencher un emploi comme enseignant à cette même école. L’homme doit essayer d’aider les élèves à traverser leurs moments difficiles pendant que lui même il essaie de travers les siens. Graduellement, monsieur Lazhar s’ouvre à ceux dans son entourage et on découvre la vie pleine de défis de cet immigrant.

monsieur-lazhar-film

Mes impressions :

Monsieur Lazhar, avec des sujets assez lourds, est un film plein d’émotions. On voit vraiment le processus de deuil que les personnages vivent. Mais, plus important, on voit l’entraide qui s’installe dans la petite communauté qui se forme dans l’école primaire. Le film nous expose aussi à des problèmes auxquels des immigrants peuvent faire face. Il y a aussi des moments d’humour à travers le film avec une très belle trame sonore. En tout, c’est un très beau film qui a gagné plusieurs récompenses. À découvrir certainement !

Vous pouvez trouver le film sur iTunes ici (lien affilié) : Monsieur Lazhar – Philippe Falardeau

Un regard sur : Les voyageurs malgré eux (roman) d’Élisabeth Vonarburg

« « Qui suis-je, d’où suis-je, où vais-je ? » : je suis moi, je viens de chez moi et j’y retourne. Enfin, façon de parler : je ne peux pas retourner chez moi, puisque j’y suis. » — Les voyageurs malgré eux 

Un aperçu :

Les voyageurs malgré eux est un roman de fantaisie/science-fiction publié en 1994. L’histoire se situe dans un monde parallèle où il y a seulement trois régions francophones qui restent en Amérique du Nord : La Louisiane, L’Enclave de Montréal (juste une partie de l’île) et le Royaume des Sags (une référence à la région du Saguenay). Il y a beaucoup de petites différences entre notre monde et le monde de ce livre. Par exemple, la ville de Québec est anglophone, les rues de Montréal sont des canaux, une fédération amérindienne occupe une moitié du territoire de l’Amérique du Nord et, mystérieusement, pendant Noël on parle de deux enfants nés cette journée : Jésus et Lilith.

Un autre fait important de ce monde parallèle, on ne parle pas du réchauffement climatique, mais plutôt du refroidissement climatique depuis le 18e siècle !

Une bonne partie de l’histoire se concentre sur un autre fait bizarre : c’est commun pour les gens d’avoir des visions. C’est dans ce contexte qu’on rencontre Catherine, une Française, qui habite dans l’Enclave de Montréal. Elle commence à avoir des visions, mais elles sont différentes de celles des autres…

Ce n’est pas tout; Catherine se rend compte qu’elle a perdu une bonne partie de sa mémoire. Tout cela fait qu’elle est à part des autres. Un peu trop à part peut-être pour le gouvernement de l’Enclave, qui est presque un État policier.

Catherine se trouve en danger et doit s’échapper tout en remettant en place sa mémoire perdue. Elle rencontre plusieurs personnes en chemin, des gens mystérieux qui semblent cacher des secrets. Et qui est cette fille Athana qui la suit partout dernièrement ?

En suivant le conseil d’Athana d’aller « plus loin, plus au nord », Catherine découvre le très fermé Royaume des Sags. Elle va se mêler d’une histoire de croyances spirituelles afin de trouver les réponses qu’elle cherche sur elle-même et la vie en général, ce qui peut résoudre tous les mystères qui l’entourent.

les-voyageurs-malgre-eux

Mes impressions :

J’avais besoin de m’évader un peu lorsque j’ai choisi de lire ce roman. J’ai décidé qu’un roman de science-fiction était parfait. Ce livre m’intéressait aussi parce que je connais les régions dont l’auteur écrit et je voulais découvrir les différences dans ce monde parallèle.

Ce que j’ai trouvé intéressant c’était que même si je voulais m’échapper un peu, le livre m’a fait réfléchir sur notre monde. Quelques sujets abordés sont les croyances, le pouvoir, le gouvernement, le féminisme et la brutalité policière. Ce livre a été publié en 1994, mais il y avait des évènements ou des faits dans l’histoire qui rappelaient des évènements assez récents comme la grève étudiante (2012), le mariage gai, et des femmes prêtres.

Le roman fait aussi réfléchir sur la spiritualité et les religions de ce monde. Le personnage principal cherche à trouver l’équilibre entre les affaires qu’on peut changer, celles qu’on doit lâcher et le moment où il faut écouter cette force qui nous guide dans la vie.

Je me demande si ce livre était en partie inspiré par les expériences de l’auteure, Élisabeth Vonarburg (une française qui habite au Québec depuis des années) pendant son intégration au Québec. Par exemple, on peut faire des liens avec le refroidissement climatique et les différences du climat en Europe et au Québec. La perte de mémoire peut même être liée aux éléments culturels dont elle a dû apprendre. La protagoniste est aussi en recherche de son identité dans le monde parallèle. J’ai trouvé des liens entre ce qu’elle décrit et mes propres réflexions lorsque j’ai déménagé au Québec :

« Elle n’était plus française, ne serait sans doute jamais « québécoise ». Entre les deux, voilà, moins « transplantée » qu’en équilibre instable sur un fil. »

Dans le livre, on est souvent amené entre un rêve, une vision et la réalité. Cela a comme effet que lire ce roman est un peu comme déchiffrer un rêve bizarre.

En tout, c’est un bon roman pour ceux qui ont besoin de voyager un peu dans un monde parallèle ou pour ceux qui suivent une voix intérieure qui leur dit d’aller « plus loin ».

Trouvez le livre sur Kobo ici (lien affilié) : Voyageurs malgré eux (Les)

Ou sur Amazon ici (lien affilié) : Voyageurs malgré eux (Les)

Un regard sur : Le malade imaginaire (pièce de théâtre)

Le malade imaginaire est une des œuvres du dramaturge célèbre Molière. C’est en fait sa dernière pièce de théâtre, créée en 1673. Pour voir un autre article sur Molière, visitez Un regard sur : Le Tartuffe (pièce de théâtre) de Molière.

le-malade-imaginaire

Un aperçu :

Dans cette comédie, un homme, Argan, se dit malade et cherche de l’aide de médecins. Ceux-ci sont très contents d’aider cet homme avec sa « maladie », vu qu’Argan est prêt à dépenser beaucoup sur des remèdes que les médecins recommandent. En même temps qu’Argan essaie de se guérir, il essaie de convaincre sa fille de se marier à un médecin afin qu’il puisse profiter de plus de soins. Cependant, sa fille est amoureuse d’un autre homme. C’est la servante rusée d’Argan, Toinette, qui joue des tours à son maître pour qu’il puisse enfin voir le côté imposteur des médecins, qui profitent pleinement de sa situation.

Mes impressions :

Même comme comédie, le contenu de la pièce Le malade imaginaire est une critique assez sévère envers le métier de médecin. Ces professionnels sont présentés comme des gens qui se voient importants parce qu’ils connaissent des mots en latin, et ils peuvent utiliser ces mots afin de convaincre quelqu’un d’une maladie non existante. Même si le métier a beaucoup changé depuis cette comédie, c’est toujours intéressant de comprendre un peu plus le fonctionnement à l’époque (17e siècle) et l’évolution du métier à travers le temps. Néanmoins, on peut toujours faire des liens entre cette pièce et ce qui se passe aujourd’hui; par exemple, les publicités qui nous font penser que nous avons besoin d’un médicament quelconque.

On voit aussi dans cette pièce le pouvoir que l’esprit a sur la santé physique. Argan se croit malade jusqu’au point où il ne peut presque plus bouger. C’est en fait les médecins qui l’avaient fait croire qu’il soit terriblement malade. On assiste aussi au thème du père qui veut imposer sa volonté concernant les choix de sa fille.

Un fait intéressant :

Molière jouait le rôle d’Argan, le « malade imaginaire » dans les représentations de cette pièce. À la fin de la quatrième représentation, Molière était réellement malade et avait de la difficulté à finir le spectacle. Molière a été transporté chez lui où il est mort la même soirée.

Trouvez cette histoire sur Kobo ici (lien affilié) : Le Malade imaginaire

Ou sur Amazon ici (lien affilié) : malade imaginaire, Le (French Edition)

Un regard sur : La vache (film)

Un aperçu :

La vache est un film français sorti en 2016. Cette comédie nous amène d’abord dans un petit village en Algérie où on rencontre Fatah, un homme qui rêve d’amener sa belle vache, Jacqueline au salon de l’agriculture de Paris. Il investit une bonne partie de son temps à ce projet, ce qui cause des plaisanteries de la part des autres de la communauté. Un jour, il reçoit enfin une invitation au salon de l’agriculture. Il prend un traversier jusqu’à Marseille et entreprend le trajet vers Paris… à pied… toujours avec sa vache (un gros défi !). Fatah, toujours souriant, découvre pour la première fois la vie de l’autre côté de la Méditerranée et sa culture. Il rencontre des gens sur son trajet et il se fait de belles amitiés dans peu de temps. Même une journaliste s’intéresse à son histoire, ce qui fait que ce villageois d’Algérie et sa vache Jacqueline deviennent connus partout en France.

la-vache

Mes impressions :

Ce film est vraiment un coup de cœur pour moi. Le personnage de Fatah est une bonne représentation de la joie de vivre, ce qui fait qu’il devient aimable très vite. Une grande partie de l’humour du film se trouve dans les différences culturelles entre Fatah et les Français. Les éléments culturels sont peut-être un peu clichés, mais il faut juste en être conscient et profiter du film.

Avec une histoire d’un petit villageois qui veut réaliser son rêve, même si son rêve est un peu absurde, le film nous fait vouloir profiter de la vie et trouver la joie à l’intérieur de nous. Je recommande fortement ce film !

Vous pouvez acheter ou louer ce film sur iTunes ici (lien affilié) : La vache – Mohamed Hamidi

Les poissons d’avril de 2017

Joyeux poisson d’avril !

Les poissons d'avril de 2017

On a vu cette année qu’il faut se méfier un peu de ce qu’on voit sur les médias sociaux. Mais aujourd’hui, le 1er avril, il faut surtout faire attention ! Voici quelques poissons d’avril de 2017 (notez les références aux poissons dans les blagues…) :

 

La police d’assurance anticongestion de CAA — Québec

 

Une femme de 146 ans découverte en Albanie

https://fr.news.yahoo.com/une-femme-de-146-ans-decouverte-en-albanie-etablit-un-nouveau-record-de-longevite-063955005.html

 

Des jeux de mots pour les stations de métro et gares de Paris

http://www.ratp.fr/fr/ratp/v_163478/1er-avril-2017-la-ratp-detourne-le-nom-des-stations-et-appelle-a-votre-creativite/

 

Un système de reconnaissance de fromages de Google France

 

Vous pouvez également lire mon article sur les poissons d’avril de 2016 ici : Poisson d’avril