Un regard sur : Barbe bleue (roman d’Amélie Nothomb)

« La femme se tut d’un air mystérieux, espérant que Saturnine mendierait l’information. Saturnine se contenta d’attendre, sachant qu’elle parlerait de toute façon. 

Dont acte : — Nous ne sommes pas les premières à nous présenter. Huit femmes ont déjà obtenu cette colocation. Toutes ont disparu. » — Barbe bleue

 

Barbe bleue est un roman de l’auteure très connue Amélie Nothomb. Il est paru en 2012. C’est une version moderne du conte La Barbe bleue, rendu célèbre par Charles Perrault au 17e siècle.

Un aperçu :

Saturnine, une jeune femme belge cherchant un logement à Paris, trouve une offre de colocation exceptionnelle : Une chambre à prix modique au palais de l’aristocrate espagnol excentrique Don Elemirio Nibal y Milcar.

Cependant, il y a des rumeurs qui circulent : 8 femmes ont déjà profité de cette offre dans le passé, mais on n’a jamais entendu parler d’elles après…

Saturnine, peu peureuse et avec un caractère fort, accepte l’offre malgré ces rumeurs. Elle découvre peu après le monde luxueux et singulier de Don Elemirio. Elle a le droit de circuler dans la maison où elle veut, sauf un endroit : la chambre noire où l’aristocrate développe ses photos.

Saturnine comprend vite que cette chambre est probablement liée aux disparitions, mais ne veut rien savoir au début. Mais peu à peu, après des conversations avec le propriétaire, Saturnine s’intéresse à cette énigme…

 

Découvrez le roman Barbe Bleue, inspiré du conte, d'Amélie Nothomb.

Mes impressions :

J’ai vraiment adoré ce roman. C’est une lecture agréable pour plusieurs raisons :

  1. Le roman n’est pas trop long.
  2. La curiosité de savoir ce qui est arrivé aux femmes disparues et ce qui se passe dans « la chambre noire » est bien alimentée tout au long du livre.
  3. Si on connait déjà le conte La Barbe bleue, on s’amuse à noter les tournures modernes qu’a prises cette histoire.

 

J’ai particulièrement aimé la référence moqueuse à la tendance récente dans les romans de présenter des femmes qui deviennent amoureuse des hommes dangereux qui risque de leur faire mal (des vampires, des sadiques…) :

« Récemment, un best-seller mondial a prétendu qu’il y avait des vampires gentils et innocents. Les gens ne sont jamais aussi contents, désormais, que quand on leur affirme que le mal n’existe pas. Mais non, les méchants ne sont pas de vrais méchants, le bien les séduit, eux aussi. Quelle espèce de crétins abâtardis sommes-nous devenus pour gober et aimer ces théories à la noix ? » — Barbe bleue

 

Où trouver :

Trouvez Barbe bleue ici (lien affilié) : Barbe bleue 

 

Si vous voulez lire le conte original, vous pouvez le trouver ici :

Kobo (lien affilié) : La Barbe Bleue

 

Je vous suggère également :

Advertisements

Catégories :Littérature

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s