Un regard sur : Et si le Québec avait dit oui (roman)

« Le choix de la souveraineté n’est pas le fait d’un repli sur soi et d’un souci d’élever des murs, mais d’une affirmation de soi doublée d’une volonté d’ouverture. » — Et si le Québec avait dit oui 

Et si le Québec avait dit oui est un roman de Normand Cazelais, publié en 2018. L’histoire est une uchronie, imaginant la suite des évènements si les résultats du référendum de 1995 sur la souveraineté du Québec étaient l’inverse : 50,6 % pour le OUI, au lieu de 50,6 % pour le NON. 

Un aperçu :

On suit l’impact des résultats positifs pour la souveraineté du Québec sur plusieurs Québécois fictifs et aussi sur la nation en général. 

Il est surtout question des négociations entre le Canada et le Québec, qui se révèlent assez compliquées, ralentissant la création du nouveau pays : le Québec. 

Par rapport aux personnages, il y en a qui ont voté NON, d’autres OUI. On est plongé dans leurs réflexions sur ce qui va se passer avec le Québec, sur leur avenir et sur la vie politique. Il y a aussi un attentat terroriste qui va bousculer la vie de plusieurs… 

Mes impressions :

Je suis fasciné par l’idée de revoir l’histoire à travers une uchronie. Le référendum de 1995 était un moment spécial et je pense que beaucoup de gens sont curieux de savoir la réponse de la question posée par le titre du roman : Et si le Québec avait dit oui… 

D’abord, ce roman propose une version d’une suite d’évènements moins « apocalyptique » que certains craignaient à l’époque. 

« Nous vivons toujours dans une société libre et démocratique, le pays n’est pas à feu et à sang, les touristes de toute la planète viennent encore nous voir. Et peuvent en témoigner. Il n’y a pas eu d’effondrement financier ou économique. Autrement dit, le Québec a le parcours « normal » d’un État qui vient d’accéder à son autonomie et qui l’assume avec dignité. » — Et si le Québec avait dit oui 

On voit aussi plusieurs politiciens et choix politiques qui gagnent de l’importance bien avant ce qui s’est passé dans la réalité.  

Je ne sais pas si c’était voulu, mais on pourrait aussi faire un lien avec ce qui se passe dans la vie personnelle des personnages et la création du pays du Québec, ce qui aide à avoir une meilleure compréhension des évènements. 

« J’ai trouvé ma véritable identité. Ma véritable identité sexuelle. Voici un an, je n’en étais pas tout à fait sûre ; aujourd’hui, je sais. Je suis homosexuelle, Nicolas. Non pas par rejet du mâle, mais par choix. C’est mon corps, ma sensibilité, tout mon être qui m’ont révélé ma vraie nature. » — Et si le Québec avait dit oui 

Dans cette citation, par exemple, on pourrait faire un lien avec la reconnaissance et l’épanouissement de l’identité québécoise. 

Où trouver :

Vous pouvez acheter ce livre ici (lien affilié) :  Et si le Québec avait dit oui

Je vous suggère également :

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s