Un regard sur : Les mouches (pièce de théâtre de Sartre)

« Égisthe : Je n’ai pas de secret.

Jupiter : Si. Le même que moi. Le secret douloureux des Dieux et des rois : c’est que les hommes sont libres. Ils sont libres, Égisthe. Tu le sais et ils ne le savent pas. » — Les mouches 

Les mouches est une pièce de théâtre française écrite par Jean-Paul Sartre en 1943.

Avez-vous déjà lu la pièce de théâtre Les mouches de Jean-Paul Sartre ?

Un aperçu :

Dans une Grèce antique, un jeune voyageur, Oreste, entre dans le village d’Argos, un village étrange que tous les voyageurs évitent et qui est envahi par de grandes mouches qui dérangent tout le monde ! 

Les habitants d’Argos sont aussi dérangés par d’autres choses, surtout la mort évitable de leur roi une vingtaine d’années auparavant. L’esprit de tout le monde est encore occupé par le sentiment de culpabilité de cet évènement et de tous leurs propres « crimes ».

C’est l’assassin du roi, Égisthe, qui est devenu le nouveau roi, et il cherche à garder perpétuel le deuil du peuple afin de conserver un contrôle écrasant sur la population.

Ainsi, soutenue par le nouveau roi, une nouvelle tradition s’est formée : une fois par année, une grotte est découverte. Elle est censée libérer pour 24 heures les esprits de tous les morts. Celles-ci vont hanter leurs proches en les reprochant le mal qu’ils ont fait aux autres.

« Égisthe : Vous avez vu ? Si je ne les avais frappés de terreur, ils se débarrassaient en un tournemain de leurs remords. » — Les mouches

Or, le voyageur, Oreste, est en fait le fils du roi assassiné, et il revient au village afin de venger la mort de son père. Là, il rencontre sa sœur Électre, qui n’aime pas non plus ce que le nouveau roi fait à son peuple. Réussiront-ils à sauver les occupants d’Argos de ces mouches qui représentent l’emprise morale qu’ils subissent ? Et à quel prix ?

Mes impressions :

Dans Les mouches, on peut trouver beaucoup de symbolisme et de rapports avec la vie humaine en général.

Par exemple, on assiste à la quête personnelle pour la liberté, aux sentiments qui envahissent des gens et à l’exploration du sens de la vie.

« Électre : Ô bourreaux de vous-mêmes, avez-vous oublié cet humble contentement du paysan qui marche sur sa terre et qui dit : “Il fait beau” ? Vous voilà les bras ballants, la tête basse, respirant à peine. Vos morts se collent contre vous, et vous demeurez immobiles dans la crainte de les bousculer au moindre geste. » — Les mouches

J’ai beaucoup aimé les interventions de Jupiter (dieu des mouches et de la mort), un personnage qui donne lieu surtout au côté philosophique du récit, mais aussi à un peu d’humeur.

Les mouches est une lecture fascinante qui fait réfléchir sur le monde d’aujourd’hui (et du passé !).

Où trouver :

Trouvez Les mouches ici (lien affilié) : Les mouches / Huis clos

Je vous suggère également :

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s