Un regard sur : L’heure mauve (roman)

« Pourquoi cette soumission ? Pourquoi cette résignation bêlante, ce refus de se battre, cette obsession de la routine ? » — L’heure mauve 

L’heure mauve est un roman québécois écrit par l’auteure Michèle Ouimet. Il est sorti en 2017.  

Un aperçu :

Le roman commence avec le personnage Jacqueline Laflamme, une ancienne journaliste, qui vit depuis peu dans une résidence de personnes âgées. 

On suit ses pensées, surtout son découragement avec la vieillesse et la maladie. Elle retrouve son moral et son esprit de journaliste « combattante » lorsque la directrice de la résidence, à l’incitation des résidants en bonne santé, décide de séparer les très malades, « les atteints », de la vie sociale de la résidence. 

Mais Jacqueline n’est pas le seul personnage central du roman ; les autres résidents et travailleurs ont aussi leurs propres chapitres, décrivant leurs perceptions et leur réalité. Il y a également des allers-retours entre leur vie « d’avant » et leur temps dans la résidence, ce qui nous fait découvrir plusieurs côtés de chaque personnalité. 

Mais quoi faire avec tous ces souvenirs qui ont de moins à moins de lien avec le présent dans la vieillesse… 

Découvrez ce roman fascinant qui a comme sujet la vieillesse : L'heure mauve

Mes impressions :

J’ai absolument adoré ce livre ! Il est fascinant de lire l’attention développée sur chaque personnage : les rêves, les regrets, les routines, les souvenirs, la perte d’autonomie… 

Dans ce roman, on s’éloigne des stéréotypes. C’est ce qui m’a fait rendre compte jusqu’à quel point j’avais des idées fixes sur les personnes âgées (ils n’aiment pas toujours les visites des petits-enfants ???).  

« Le monde de Pierre a rapetissé. Il s’enthousiasme davantage pour une partie de bingo que pour la visite de ses petits-enfants. Il a moins le gout de voyager, les aéroports, les fouilles, l’attente interminable… Le juge se console en se disant qu’il a le bridge, les mots croisés, le golf, Suzanne et le gin. Il ne survivrait pas sans le gin. »  – L’heure mauve

Mais en même temps, le livre ne décrit pas la misère totale. On est amené à réfléchir sur la réalité de la vieillesse : les temps de plaisir, mais aussi de découragement.

Concernant les personnages, personne n’est un saint. Personne n’est le mal incarné. Personne ne représente la vérité absolue. Cela amplifie l’intrigue en découvrant leurs histoires, leurs sentiments et leur passé.  

C’est aussi intéressant de voir le doute qui s’installe vers la fin ; les personnages commencent à se demander si leurs actions ont été les bonnes, s’ils n’ont peut-être pas bien compris la vie. 

Ce que j’ai le plus aimé dans L’heure mauve est le fait que l’histoire n’est pas trop intense ; on n’est pas bombardé d’une histoire extrêmement triste. L’histoire est en fait assez légère, ce qui fait qu’elle est agréable de lire.  

En même temps, le sujet nous fait réfléchir et faire des liens avec notre propre vie et nos connaissances, ce qui pourrait nous faire vivre de grandes émotions, ou au moins nous faire réfléchir sur la mort et le sens de la vie.  

« Allait-elle mourir ici ? Cette question a réveillé ses pires craintes. Jacqueline a toujours été terrorisée par la mort, elle, l’athée finie qui ne croit en rien ni à Dieu, ni au ciel, ni aux anges qui accueillent les âmes au paradis au son des trompettes. Elle panique à l’idée de passer l’éternité dans un grand rien sidéral. » 

Où trouver :

Achetez L’heure mauve en ligne ici (lien affilié) :  L’heure mauve

Je vous suggère également :

Publicités

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s