Comment parler français plus naturellement (comme les francophones!)

Si vous avez appris le français comme langue étrangère dans une école (comme moi), vous avez probablement appris ce qu’on appelle le français « standard ». Ça veut dire que vous avez appris les bases de la prononciation, de la grammaire et du vocabulaire… Assez pour comprendre et s’exprimer un peu.

Mais il y a une autre côté de la langue qu’on ne voit pas souvent dans des cours de français. Ce côté, ce sont les façons dont les gens parlent vraiment le français (ce qui me semble important!). 

Oui, les francophones utilisent aussi les « bases » qu’on a apprises, mais quand ils parlent dans un cadre naturel, il y a beaucoup d’autres choses qui se passent!

Dans cet article, je vais surtout vous parler des petites modifications dans la prononciation quand certains sons se trouvent ensemble. 

C’est important de comprendre ces changements pour plusieurs raisons :

  • Ça va vous aider à mieux comprendre les francophones (surtout quand ils parlent entre amis!)
  • Parfois, ces modifications se trouvent dans l’écriture informelle des francophones (sur Internet, dans des textos à des amis, etc.). Ça veut dire que vous allez mieux comprendre le français écrit aussi!
  • Si vous essayez d’adapter votre façon de parler selon ces modifications naturelles, les gens vont moins apercevoir votre accent étranger et ils vont être plus à l’aise de vous parler en français!
  • Vous allez peut-être arrêter d’utiliser l’excuse « Je comprends pas, il parle trop vite ». On pense souvent que les gens qui parlent une autre langue parlent vite, mais c’est souvent juste à cause de ces petites modifications. Donc, en réalité, ce n’est pas les sons qui sont prononcés rapidement, ce sont quelques sons qui vont ensemble pour créer un autre son!
  • On voit souvent ces modifications dans les paroles des chansons. Donc vous allez mieux comprendre les chansons francophones!

Avant de commencer, si vous ne connaissez pas l’alphabet phonétique, allez voir mon article sur l’alphabet phonétique international pour mieux comprendre les sons en français. Vous allez trouver ces symboles dans beaucoup de dictionnaires. 

Notez encore que ces changements arrivent quand on dit des phrases naturellement (d’un débit naturel). Si on dit les mots séparément ou très lentement, on entend moins ces changements.

Voici quelques conseils pour parler plus naturellement en français :

Faites tomber le e caduc

Quand vous voyez un e sans accent, qui est la terminaison d’une syllabe (pas au milieu d’une syllabe), ça s’appelle un e caduc ou un e muet. Dans l’alphabet phonétique, il est représenté par le symbole [ə]. 

Quelques exemples de mots avec le e caduc :

dessus, recette, venir, lentement, depuis, acheter, tangerine, est-ce que… 

En général, les francophones ne prononcent pas le e caduc (sauf dans quelques accents…). Donc, la consonne avant et la consonne après s’enchainent. 

Notez que la même chose arrive entre deux mots! Par exemple, le e caduc se trouve dans l’article le. Quand on dit le stylo est bleu, on peut faire tomber le e caduc et prononcer le l et le s ensemble. Un autre exemple :

  • Je suis l’seul ici. 

Le « ne » n’est pas nécessaire!

En français, il y a deux parties de la négation : le « ne » et un autre mot (pas, plus, aucun, personne, rien…)

Regardez mon article sur la négation en français.

Mais les francophones faites tomber le ne très souvent à l’oral. Donc, si vous arrêtez de dire le ne dans vos conversations, ça donnera l’impression que vous parlez plus couramment le français!

  • Je le connais pas.
  • Elle voit pas de stylo sur la table.
  • Il y a pas de souci. 

je + s = ch

Quand le mot je se trouve avant un s, les deux sons vont souvent être combinés à l’oral pour créer le son ch (comme dans le mot chat), ce qui est écrit ainsi dans l’alphabet phonétique : [∫]

  • Je sais pas –> chais pas (ou ché pas)
  • Je suis là –> chui là

consonne sonore + consonne sourde = consonne sourde + consonne sourde

Les cordes vocales vibrent quand on prononce une consonne sonore, comme les consonnes d, b, g, v, z… 

Ceci différencie ces consonnes aux consonnes sourdes : t, p, k, f, s

Quand une consonne sourde (s par exemple) se trouve après une consonne sonore (d par exemple), la consonne sonore devient souvent sa version sourde (d –> t).

Par exemple, avec le mot au-dessus, on a déjà vu que le e caduc tombe. Ça veut dire que le d et le s sont prononcés l’un après l’autre. Mais le s va transformer le d en t. Donc, quand on va dire ce mot naturellement au milieu d’une phrase, on va souvent entendre quelque chose comme au-tsu

La même chose arrive avec en dessous (ça va sonner comme en tsou). 

Un autre exemple est tout de suite (on peut souvent entendre toutesuite)

Notez que ce phénomème phonétique fait déjà partie de la prononciation standard de certains mots, comme quand un b est suivi par un s ou un t, le b se prononce comme [p], comme dans les mots obstruction et obtenir. 

Cette modification est aussi possible avec le son dans je (phonétiquement écrit [ʒ]), qui peut se transformer en ch ([∫] quand suivi par une consonne sourde, (comme déjà mentionné avec je+s= ch).

  • Il va jeter l’eau (jeter peut ressembler plus à chter)

elle = e, il = y

On utilise très souvent les pronoms elle et il. C’est peut-être à cause de ça que ces mots subissent un changement important dans un langage familier : le « L » n’est presque pas prononcé!

Par exemple, dans la locution il y a, on peut tout simplement entendre y’a  :

  • Il y a des bottes à l’entrée –> y’a des bottes à l’entrée.
  • il chante bien –> y chante bien.

Et pour elle :

  • elle va y aller –> e’va y aller

Le « L » peut aussi chuter dans d’autres mots, comme celui-là —> çui-là.

Bien –> Ben, Puis –> Pis

Ces mots sont très utilisés comme interjection et ils ont tendance à perdre les semi-consonnes après la consonne dans un langage familier. 

  • Ben, qui t’a dit ça?
  • Pis, comment ça a été?

le RE et le LE qui tombent à la fin des mots 

Quand un mot en français termine par une consonne + « RE » (montre, peintre, vendre, rencontre, ministre…), le « re » a tendance à tomber dans le langage parlé en français. 

La même chose arrive avec les mots qui terminent par une consonne + « LE » (exemple, simple, table,…).

Tu = T’, Vous = Z

Le « u » de « tu » dans le langage parlé a tendance à s’élider = t’. Donc, on entend des choses comme :

  • T’es où?
  • T’as rien vu. 
  • T’en penses quoi?
  • T’sais (ou Tsé)

Quand « vous » se trouve devant une voyelle, les francophones prononcent le « v » et la liaison (le son/z/), mais pas beaucoup le son « ou » ou milieu dans un langage familier. 

  • vs’êtes déjà là?
  • vs écoutez quoi?

On peut même parfois seulement entendre la liaison!

  • Z’êtes qui?
  • Z’avez un beau chien.

Ouais…  

Il y a plusieurs façons de dire oui de façon informelle : 

Ouais, ouin, d’acc (une forme courte de d’accord), ouaip, mouais (quand on hésite un peu)… 

D’autres changements

Trouvez d’autres petits changements phonétiques qui se passent en français, surtout dans l’accent québécois (mais aussi parfois ailleurs dans la francophonie) dans mon article ici : L’accent québécois (le langage populaire)

Pratiquez !

Encore, comme j’ai déjà mentionné, ces modifications dans la prononciation se trouvent souvent dans les paroles des chansons. Donc cherchez les paroles de quelques chansons populaires pour pratiquer ces changements phonétiques et parlez le français comme un francophone!

Quelques exemples de chansons : 

1 réponse

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s