Un regard sur : L’orangeraie (roman)

« Vous voyez, il n’existe plus. Tout est bleu. C’est étrange. Il n’y a pas de brise aujourd’hui. La montagne au loin semble rêver. Même les mouches ont cessé de bourdonner. Tout autour de nous les orangers respirent en silence. Pourquoi tant de calme, tant de beauté? » — L’orangeraie

L’orangeraie est un roman québécois de l’auteur Larry Tremblay.

Un aperçu :

Amed et Aziz sont des jumeaux qui grandissent dans un pays déchiré par la guerre. L’innocence de leur jeune âge est brisée d’un coup lorsque leurs grands-parents meurent après qu’une bombe explose sur leur maison. La soif de vengeance s’ensuit et les parents sont forcés de choisir un de leurs deux fils qui va participer dans un attentat-suicide… 

« Il a imaginé une pluie de petits cailloux s’abattre sur sa tête, oubliant pour un instant, s’il allait au bout de sa logique, que son corps ferait aussi partie des débris tombant du ciel secoué. » — L’orangeraie

C’est une histoire courte et très puissante qui démontre clairement une des horreurs de la guerre qui existe malheureusement dans le monde. C’est surtout surprenant de voir le rôle d’un certain endoctrinement qui peut convaincre les gens d’accepter des actes atroces (même si ça implique leurs propres enfants!).

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s