4 choses auxquelles il faut s’attendre lorsqu’on s’installe dans un lieu de langue étrangère

Ces informations sont basées sur mes expériences lorsque j’ai déménagé au Québec.

Découvrez quatre choses qui peuvent vous arriver quand vous habitez dans un lieu de langue étrangère.

1. Tu viens d’où, toi ?

Il faut s’habituer à cette question parce que vous allez l’entendre assez souvent dans votre intégration dans la langue seconde. Cela peut durer des années parce que même si vous vous améliorez dans la langue, c’est souvent le cas qu’un petit accent reste. Moi, j’essaie de répondre avec un sourire, mais à l’intérieur je suis un peu fatigué de cette question.

Il faut qu’on reconnaisse le fait que les gens sont curieux et que c’est une façon pour eux de commencer ou de continuer une conversation.

 

2. Pardon ?

Lorsqu’on est en apprentissage d’une langue, c’est normal de vivre des expériences d’incompréhension. Vous allez voir que les gens ne vous comprennent pas à chaque coup (J’ai dit 5, pas 7 !). Et, bien sûr, ça va vous arriver de ne pas comprendre les gens.

Même si c’est normal de vivre de telles expériences lorsqu’on apprend une langue seconde, cela ne veut pas dire que c’est facile !

Il arrive parfois que les gens ne me comprennent pas exactement, soit dû à une mauvaise prononciation d’un son précis, au genre incorrect, soit dû même à l’intonation. (Pour améliorer ces aspects de votre français, visitez Un regard sur : Comment lire le français pour mieux le dire et l’écrire (livre ressource) de Neli Guedova et Le genre des noms).

Il ne faut pas se décourager ! Il faut plutôt utiliser ces moments pour s’améliorer. C’est souvent dans ces situations où nous nous rendons compte d’un son ou d’un point de grammaire qui nous pose un problème.

Il est aussi possible que les gens ont de la difficulté à nous comprendre parce que nous parlons trop doucement ! Dans un cas comme ceci, on doit plutôt travailler sur notre estime de soi dans la langue seconde et avoir plus de confiance dans ce qu’on dit, sans se soucier trop de notre habileté.

 

3. Vais-je devenir bilingue ?

Avant de déménager au Québec, j’avais une pensée idéaliste que j’allais apprendre le français très vite et devenir bilingue dans un an ou deux. Mais, j’ai appris quil ne faut pas se raconter d’histoires ! Ça prend du temps d’apprendre une langue, même si elle nous entoure.

Il existe des définitions variées de bilinguisme; une qui dit que c’est seulement les enfants qui ont grandi avec et parlent deux langues ou plus de manière égale qui sont considéré comme bilingue (Wikipédiabilinguisme individuel). Selon cette définition, si vous êtes un adulte, vous n’allez jamais être considéré comme bilingue. Mais il ne faut pas vous décourager avec une telle définition ! On peut quand même s’améliorer jusqu’au point où on parle très, très bien la langue.

Avec beaucoup d’efforts et plusieurs mois à plusieurs années, on peut devenir assez à l’aise de travailler, étudier, communiquer et s’amuser dans une langue, sans être complètement bilingue.

C’est important de savoir parce que de cette façon, nous nous concentrons plus sur nos améliorations graduelles au lieu d’être découragés parce que nous n’avons pas encore atteint le niveau idéalisé de bilinguisme.

 

4. Je suis plus intelligent dans ma langue maternelle. Je te le jure !

Imaginez un enfant de moins de quatre ans qui a un vocabulaire très simple et qui mélange parfois des conjugaisons de verbes ou des formes grammaticales. Ça, c’est nous lorsque nous apprenons une nouvelle langue. C’est pourquoi les autres nous voient parfois comme peu intelligents avec un esprit simple, seulement parce qu’on fait les mêmes fautes qu’un petit enfant.

On est pourtant des adultes qui ont accumulé beaucoup de connaissances à travers des expériences et des formations diverses. Cependant, les gens ont tendance à utiliser le niveau de langue comme indicateur de niveau de connaissances. Nous pouvons nous exprimer très facilement dans notre langue maternelle, mais dans la langue seconde, ça peut être une autre histoire.

J’ai déjà eu des expériences où les gens pensaient que je ne pouvais pas lire ou écrire en français, juste parce que j’avais de la difficulté de communiquer oralement ! Toutefois, ce qui est probablement le cas pour beaucoup d’apprenants, je me sens plus à l’aise avec la langue écrite que la langue orale. Avec la lecture et l’écriture, on a l’occasion de prendre plus de temps (relire une phrase, changer un mot, etc.) comparativement à une conversation dans laquelle on doit continuellement avancer et répondre en peu de temps.

Tout ça pour dire que lorsqu’on vit dans une autre langue, notre QI semble diminuer devant les autres. Donc, attendez-vous à ce que vous viviez des situations où vous vous sentez un peu stupide. Mais sachez que vous êtes en fait en train de devenir plus intelligent parce que vous apprenez une autre langue !

 

Je vous suggère également :

Advertisements

Catégories :Mes expériences

4 réponses

  1. Bonjour, ou bonne nuit. Je ne veux pas être pédant, mais si vous voulez, j’ai une suggestion à faire. Dans « On est pourtant des adultes qui ont accumulé… » j’aurais mis ‘avons’ plutôt que ‘ont’. Bonne journée! 🙂

    J’aime

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s