Un regard sur : La nausée (roman de Jean-Paul Sartre)

« Je n’avais pas le droit d’exister. J’étais apparu par hasard, j’existais comme une pierre, une plante, un microbe. Ma vie poussait au petit bonheur et dans tous les sens. Elle m’envoyait parfois des signaux vagues ; d’autres fois je ne sentais rien qu’un bourdonnement sans conséquence. » — La nausée 

 

La nausée est un roman de Jean-Paul Sartre publié en 1938. Il fait partie du mouvement de l’existentialisme et est devenu un classique de la littérature française. 

Un aperçu :

Dans cette histoire, on suit les réflexions d’un homme sur la vie. L’homme, qui s’appelle Antoine Roquentin, commence à éprouver des « nausées », un sentiment étrange qui inclut une conscience grandissante de l’existence des êtres et des objets, mais surtout l’absurdité de tout. 

Antoine observe les gens autour de lui, des personnes qui s’accrochent aux choses, aux autres ou aux idées. Il se sent très différent de ce qu’il voit, comme s’il ne peut plus ressentir la même chose, comme il n’y a plus de sens dans le monde pour lui. 

Les quelques personnages qu’on voit dans cette œuvre incluent Anny, une femme qui, avant, lui donnait un peu de sens à la vie. Il y a aussi l’Autodidacte avec son sens dominant d’humanisme qui contraste avec le personnage d’Antoine et sa nausée. 

 

Découvrez ce classique de la littérature française : La nausée

Mes impressions :

J’ai bien aimé ce roman. Même s’il y a beaucoup de descriptions, donc peu d’action, il est tout de même captivant. Je pense que c’est surtout parce que le livre est écrit comme un journal personnel du personnage principal.  

Tout se passe en quelques semaines et on continue à lire afin de mieux comprendre l’évolution des réflexions du personnage sur l’existence et ses nausées.

L’histoire nous aide à réfléchir sur la vie et le sens qu’elle a (ou pas !) pour nous.  

Mais attention, le roman peut être un peu déprimant, surtout avec le regard plutôt pessimiste qu’a le personnage d’Antoine sur l’existence. Pourtant cet aspect pourrait aussi être intrigant parce que c’est parfois très différent de ce qu’on voit dans d’autres œuvres : 

« Nous voilà, tous tant que nous sommes, à manger et à boire pour conserver notre précieuse existence et qu’il n’y a rien, aucune raison d’exister. » — La nausée 

 

« Quand on vit, il n’arrive rien. Les décors changent, les gens entrent et sortent, voilà tout. » — La nausée 

Où acheter :  

Trouvez le livre ici (lien affilié) : La nausée 

 

Je vous suggère également :

Publicités

Catégories :Littérature

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s